Aurélie a grandi avec des parents agriculteurs. Lorsqu’ils sont partis à la retraite, étant fille unique, la question du devenir de la ferme s’est posée. Elle travaillait alors dans la finance à Paris, très loin du travail dans les champs…Mais elle ne pouvait abandonner une tradition familiale de vie à la ferme. Elle a décidé de changer de vie et de reprendre tout le travail administratif et un voisin agriculteur s’occupe des terres.
Elle s’est mise en tête de trouver une diversification pour sa ferme. N’ayant pas l’âme d’une salariée, elle souhaitait vraiment reprendre ce travail agricole à plein temps. Elle a appris que le safran poussait en France. Une production très originale. Elle s’est renseignée sur le sujet et a planté 1000 bulbes il y a 3 ans. Elle a suivi une formation pour apprendre à dompter la pousse, la récolte. L’année d’après ses bulbes se sont bien adaptés au climat Yvelinois et se sont multipliés.
Ainsi, elle a planté 5000 bulbes l’année d’après et récolté 20g de safran. Non il n’y a pas d’erreur. C’est un travail de fourmi, de patience, de délicatesse et de précision. Comme elle me le dit avec un sourire : une touche féminine dans le monde agricole masculin !
Cette année, elle a pu lancer une gamme de produits transformés à base de safran avec des produits du verger de la ferme.
Les bulbes se plantent en été. La récolte se fait de fin septembre jusqu’aux gelées. Lorsque je l’ai interviewée, elle avait récolté 22 fleurs. Ce sont des fleurs d’une couleur magnifique. Très fines. Je les ai touchées, ça parait si fragile ! Elle récolte tous les matins à la main. La plante est si délicate que tout se fait manuellement. Elle conserve les 3 stigmates accrochés (ce qui est un gage de qualité) et les fait sécher au four.
J’ai ainsi appris que le safran est l’épice la plus frelatée au monde et souvent coupée avec du curcumin. Faites très attention. Le fait que les pistils soient accrochés lorsque vous l’achetez vous prémunit de ce genre de malfaçon.
Après le séchage, Aurélie laisse le safran en pot et dès que la saison des fruits arrive, elle concocte des recettes avec cette épice.
Du printemps jusqu’aux gelées, le désherbage se fait à la main chaque jour ou presque. C’est un travail harassant. Mais quel plaisir de voir ces belles fleurs violettes pointer leur nez ensuite !
La récolte se compte donc en grammes. C’est très très léger !! Mais sachez qu’avec 1 seul et unique gramme, vous pouvez aromatiser jusqu’à 150 assiettes ! C’est très fort et profond.
On aime le thé l’hiver pour se réchauffer : Versez quelques pistils de safran dans du thé vert… et dites moi ce que vous en pensez … Recette simple et délicieuse !
La région historique du safran n’est pas les Yvelines, mais cette épice provient du Cachemire, des pays du Moyen Orient, du Maghreb. Le safran est cultivé dans les montagnes. Et ici, nous avons à peu près le même climat que dans l’Atlas et c’est pourquoi cette plante aime vivre dans nos contrées.  !!!
Alors qu’en pensez-vous? On change nos habitudes ! On va voir Aurélie et on s’approprie ses recettes !!! J’ai trouvé Aurélie pleine de courage pour ce travail physique, très attentive et très passionnée. Cette fleur a changé sa vie. L’or rouge est maintenant à portée de nous ! Ne nous en privons pas !

 

 

Du safran dans les Yvelines !

2 pesnées sur “Du safran dans les Yvelines !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *